Guillaume Nguyen est psychothérapeute à Pézenas auprès d'enfants et d'adolescents

Psychologue, psychiatre, psychothérapeute, psychanalyste… quelles différences ?

 

Quelles sont les différences entre psychologue, psychiatre, psychanalyste, psychothérapeute, neuropsychologue ?

 

Guillaume Nguyen, psychologue pour enfants et adolescents à Pézenas (Hérault)

« C’est quoi la différence entre un psychiatre et un psychologue ? »

Quel collègue ne se reconnaîtrait pas à m’entendre dire que c’est une question que l’on m’a très souvent posée !

Les psychologues et les psychiatres ne sont toutefois pas le quotidien des foules, fort heureusement d’ailleurs. La récurrence de cette question reflète toutefois quelque chose de la longue nomenclature des métiers du psychisme, la difficulté du public à pouvoir s’y repérer.

Psychiatre, psychologue, psychologue clinicien, sociopsychologue, psychothérapeute, psychanalyste, neuropsychologue, psychologue scolaire, conseiller d’orientation-psychologue, psychomotricien…. comment ne pas s’y perdre quand on n’est pas familier du milieu ?

A notre place de professionnels, nous avons un devoir de clarification auprès du public tout comme auprès de jeunes en formation.

Dans l’accueil de mes stagiaires-psychologues (en milieu hospitalier), j’ai toujours commencé par expliquer le fonctionnement du dispositif de soin pédopsychiatrique, le rôle et les missions du service, les fonctions du psychologue mais aussi celles autres professionnels. J’orientais d’ailleurs ces derniers auprès des mes collègues (infirmiers, pédopsychiatres, éducateur spécialisé, psychomotriciens, neuropsychologues…) afin qu’ils puissent observer sur le terrain les spécificités de leur métier au sein du travail pluridisciplinaire.

Pour le public, la clarification des métiers de chacun permet de donner du sens aux démarches que l’on entreprend pour soi-même ou pour son enfant, de bien savoir à quel professionnel on s’adresse, des compétences propres à sa fonction comme les limites de son champ d’action.

C’est quoi un psychiatre ?

Le psychiatre a accompli et validé un cursus universitaire en médecine. Il s’est spécialisé dans la branche psychiatrique qui traite les troubles mentaux. Un pédopsychiatre est un psychiatre qui a approfondi son cursus par une formation complémentaire sur la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent.

Etant médecins, le psychiatre et le pédopsychiatre sont habilités à prescrire des traitements médicamenteux (anxiolytiques, anti-dépresseurs, neuroleptiques…). En rassemblant les différents signes cliniques, il va établir un diagnostic et proposer au patient ou à la famille une thérapeutique adaptée.

Il suit ses patients dans le cadre d’entretiens thérapeutiques.

C’est quoi un psychologue ?

Le psychologue, lui, a validé un parcours universitaire de psychologie (Bac +5 minimum) en faculté de sciences humaines. N’étant pas médecin, il n’a en aucun cas la compétence et le droit d’effectuer des prescriptions médicamenteuses.

Suite à la validation du cursus universitaire, le numéro ADELI délivré par l’Agence Régionale de Santé garantit au public que le professionnel dispose bien du titre de psychologue.

Sa posture professionnelle repose sur les règles précises énoncées par le code de déontologie des psychologues.

Bien qu’il existe différentes branches dans le domaine, le psychologue est globalement formé à l’écoute et dispose d’une connaissance approfondie sur le fonctionnement intrapsychique (cognition, organisation, traitement de l’information, défenses, souffrance, développement psycho-affectif, pathologies psychiques et mécanismes sous-jacents…) et interpsychiques (relations, attachement, phénomènes de groupes etc…).

Sa formation lui confère des compétences en accompagnement psychologique,  soutien parental ou familial, psychothérapie, travail institutionnel, expertise, formation professionnelle…

Durant son parcours, il a pu se former à des outils d’évaluation du fonctionnement psychologique (bilan psychologiques, tests psychométriques (WISC, WPPSI, WAIS…), échelles d’anxiété, tests projectif (Rorschach, TAT, CAT…).

Quand il travaille en structure, sa connaissance et ses appuis théoriques (psychanalyse, systémie, théories cognitivo-comportementales…) permettent d’apporter des éclairages précieux aux équipes dans leur travail, de contribuer à l’affinement du diagnostic (et donc du projet de soin ou d’accompagnement personnalisé).

Du côté du patient, son rôle consiste à écouter, accompagner la personne à verbaliser et identifier ce qui la fait souffrir, mobiliser ses ressources.

C’est quoi un psychothérapeute ?

Souvent psychologue ou psychiatre, le psychothérapeute accompagne le patient dans une démarche de soin psychique approfondie, sur un temps plus ou moins long selon les outils qu’il utilise.

Guillaume Nguyen est psychologue et psychotherapeute à Pezenas près de Beziers

En individuel ou en groupe, il s’appuie sur les pratiques qu’il a choisi de développer dans sa formation (psychothérapie d’inspiration analytique, TCC, EMDR, relaxation, groupes à médiation thérapeutique…). La psychothérapie est un processus dans lequel le patient (et la famille s’il s’agit d’un mineur) s’implique et s’engage, cela implique un coût financier (hors structures publiques), un rythme régulier de séances et une assiduité des rendez-vous.

C’est quoi un psychanalyste ?

Le psychanalyste accompagne le patient dans le dispositif spécifique de la cure analytique : un traitement des troubles qui repose sur la théorie psychanalytique (postulat de l’inconscient, vie fantasmatique, complexe d’Œdipe…).

Il s’agit d’une investigation des processus psychiques profonds.

La méthode se base notamment sur les principes de la libre association d’idées (l’entretien n’est pas directif, le patient énonce sa parole telle qu’elle vient), l’analyse des mouvements relationnels inconscients entre le patient et son analyste (notions de transfert et de contre-transfert).

Afin de favoriser la libre association, la personne est allongée sur un divan et son analyste est assis derrière. C’est une démarche personnelle de connaissance de soi très approfondie qui dure généralement plusieurs années.

Les psychanalystes et de nombreux psychothérapeutes accomplissent une démarche psychanalytique personnelle. C’est un travail qui permet au professionnel d’éprouver et comprendre la psychanalyse s’il en utilise les concepts, de mieux discerner sa part d’implication personnelle face ce qu’il ressent dans la relation avec le patient, trouver la juste distance tout en restant empathique.

C’est quoi un neuropsychologue ?

La neuropsychologie est une branche de la psychologie. Elle étudie l’articulation entre les fonctions cognitives (traitement de l’information, mémoire, langage, attention…) et les structures du cerveau.

Le neuropsychologue a pour mission d’évaluer la nature et l’intensité des dysfonctionnements (il dispose pour cela de nombreux tests), de proposer et/ou d’assurer des rééducations.

Son expertise va par exemple être très précieuse dans l’évaluation des personnes cérébrolésées (traumatisme crânien, AVC…) ou l’évaluation des troubles des apprentissages (dysphasie, dyslexie, dyspraxie…).

Se repérer parmi les nombreux professionnels du psychisme

J’espère ainsi avoir clarifié les zones d’ombres quant aux définitions de ces différents corps de métier. Si vous êtes en questionnement pour vous-même ou votre enfant, il est important de savoir clairement qui fait quoi pour encadrer vos recherches d’aide.

Avec le développement de nombreuses formations privées, l’impressionnante multitude de thérapies existantes, certaines imposant parfois une vigilance. Il n’est pas toujours aisé de se repérer, d’autant que certains titres ne sont pas protégés (psychanalyste par exemple).

Une lecture du code de déontologie des psychologues précise les contours de la profession, l’éthique que vous devez attendre d’un professionnel usant de ce titre.

Si vous cherchez spécifiquement un psychiatre ou un psychologue, les immatriculations RPPS et ADELI garantissent le titre professionnel qu’ils utilisent. Ils attestent de la validation de la formation requise, d’une connaissance approfondie du fonctionnement psychique et des concepts sur lesquels ils basent leur pratique.

Vous êtes en droit de demander le numéro du professionnel pour vérifier son immatriculation auprès de votre Agence Régionale de Santé.

En revanche, ces garanties de formation ne sont pas pour autant l’assurance de trouver la personne qui vous convient ! La dimension de personne et de rencontre est certainement la plus vive à entendre. Il est crucial de se sentir écouté, à l’aise et respecté, être accord avec les méthodes proposées. A chacun aussi de clarifier ses besoins, ce à quoi il se sent prêt, l’investissement personnel qu’il est prêt à engager (temps, coût etc.).

Choisir sa psychothérapie

Je force un peu le trait, mais on peut par exemple ressentir passagèrement le besoin d’une écoute sans pour autant s’engager plusieurs années sur le divan. Peut-être qu’une petite période d’entretiens de soutien en face-à-face conviendra mieux, permettra un apaisement et une prise de recul suffisants. Peut-être aussi que cette première expérience peut  donner ultérieurement l’envie d’aller plus loin dans la connaissance soi et susciter le désir de s’engager… dans une analyse !

D’autres personnes peuvent se sentir plus à l’aise avec des thérapies plus courtes et plus directives, comme par exemple les thérapies cognitivo-comportementales, ou des pratiques davantage axée sur le corps comme la relaxation. Certaines thérapies se font aussi à plusieurs, comme les thérapies familiales (ou de couple) basées sur les apports précieux de la systémie, ou encore les groupes de parole.

Les nombreuses pratiques de soin présentent leur intérêt avant tout dans ce qui va convenir à la personne.

Les problématiques et les souffrances psychiques humaines sont si étendues, la pluralité thérapeutique n’est somme toute que le reflet de cette diversité.

Je crois en la fécondité extraordinaire du croisement des regards, à ce que le partage et la contradiction peuvent générer comme convergences ou réflexions, comme enrichissement perpétuel de la pensée clinique.

G. NGUYEN

Résumé
Review Date
Reviewed Item
Il n'est pas toujours aisé de se repérer dans la longue nomenclature des professionnels du psychisme. Il est important de pouvoir être au clair pour donner du sens à sa recherche d'aide. Ce petit article reprend les fonctions et missions de chacun, notamment psychologue, psychiatre et psychanalyste

3 réflexions sur “Psychologue, psychiatre, psychothérapeute, psychanalyste… quelles différences ?”

  1. Ping : Troubles alimentaires du nourrisson : le regard du psychologue

  2. Ping : Comment le psychologue peut-il accompagner les difficultés éducatives ?

  3. Ping : La dyspraxie : repérage, diagnostic et accompagnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *