Appelé parfois test de qi pour enfant et adolescent le wisc v est un test d'intelligence ou bilan psychométrique que je fais passer en tant que psychologue dans l herault

C’est quoi un bilan psychométrique ? C’est quoi le WISC-V ?

Psychologue auprès d’enfants et d’adolescents à Pézenas dans l’Hérault, je réalise différents bilans psychologiques dont le test psychométrique WISC-V. De quoi s’agit-il ? A quoi sert un bilan psychométrique ? En quoi ce test peut aider votre enfant ?

 

C’est quoi un bilan psychométrique?

Un professionnel (l’instituteur, l’orthophoniste, la psychomotricienne, le neuropédiatre, le pédopsychiatre, le conseiller de la MDPH…) vient de vous parler de la nécessité ou de l’intérêt de faire passer un bilan psychométrique à votre enfant auprès d’un psychologue ou d’un neuropsychologue. OK, mais de quoi s’agit-il ?

Le bilan psychométrique répond en première intention au besoin d’explorer le fonctionnement cognitif d’un enfant, notamment sur le constat des difficultés qu’il présente à l’école autour des apprentissages, de certaines particularités dans son raisonnement… Il est une première investigation notamment lorsque l’on suspecte un trouble neurodéveloppemental (trouble des apprentissages, TDAH….), une déficience intellectuelle ou la présence d’un haut potentiel intellectuel.

Il peut souvent précéder un bilan neuropsychologique qui permettra d’approfondir les éléments dégagés.

 C’est quoi le WISC-V ? C’est quoi le WPPSI-IV ?

Le WISC-V est l’acronyme anglais de « Echelles d’intelligence de Weschler pour enfants », cinquième version. La batterie WISC-V est actuellement la référence internationale dans la mesure de l’intelligence pour les enfants de 6 à 17 ans. De 2ans et demi à 7 ans, on utilisera généralement le WPPSI-IV, mais d’autres tests peuvent être utilisés selon le profil des enfants.

Appelé parfois test de qi pour enfant et adolescent le wisc v est un test d'intelligence ou bilan psychométrique que je fais passer en tant que psychologue dans l herault

Dans le langage courant on parle souvent de « test de QI », une représentation collective largement biaisée dans le grand public (test de QI à toutes les sauces dans les magazines etc…) qui prête à confusion, tant elle est imprégnée de l’idée qu’il en sortira un simple chiffre indiquant un « niveau » d’intelligence. Celle-ci inclut tellement de paramètres différents ! 

Il faut entendre combien, en effectuant un bilan psychométrique, on obtient bien plus que des chiffres (même si ces derniers sont indispensables évaluer les écarts). Ce test est d’une grande richesse, il propose une première évaluation du fonctionnement cognitif de votre enfant, un état des lieux sur sa manière de déployer et d’utiliser son intelligence.

La demande de bilan doit par ailleurs être motivée par des éléments de préoccupation ou des interrogations réelles, le psychologue peut refuser une demande non fondée. 

Le WISC-V s’appuie sur une approche multifactorielle de l’intelligence, avec les modèles théoriques actuels de référence notamment le modèle CHC Catell-Horn-Caroll. 

Comment se passe un bilan psychométrique ?

Le psychologue réalise généralement sur minimum deux passations qui comprennent :

1) un entretien familial pour recueillir des données et les observations de l’entourage, rescencer les difficultés, retracer l’histoire et le parcours développemental de l’enfant (anamnèse).

2) la passation avec l’enfant seul.

3) un entretien familial de restitution quelques semaines après (le temps d’analyser les résultats et la rédaction de l’écrit) avec remise d’un compte-rendu écrit, échange avec les parents et l’enfant autour des éléments dégagés.

 

Que mesure le bilan psychométrique WISC-V ?

L’enfant mis dans cette situation standardisée exigeante va montrer au clinicien sa manière d’être face à l’apprentissage, face à telle tâche cognitive, dégageant ses fragilités et ses points forts dans différentes sphères cognitives.

La passation comporte en tout 15 épreuves, dont certaines sont facultatives. Après passation, le psychologue doit d’abord traduire les données brutes en notes standards afin de pouvoir les apprécier sur le plan statistique. 

réaliser un bilan psychométrique dans l''Hérault à Pezenas pres de beziers
Exemple de répartition des notes standards obtenues sur chaque épreuve

Déployé autour de cinq grandes échelles, le WISC-V évalue sur des repères normés (c’est à dire par rapport à un échantillon représentatif de la population générale) la compréhension verbale, les capacités visuospatiales, le raisonnement logique, la mémoire de travail et la vitesse de traitement. Les résultats sont répartis autour d’une courbe de loi normale, qu’il s’agissent des notes standards, des notes composites ou du QI total. 

bilan psychométrique QI wisc hérault à pézenas ou béziers
Répartition des résultats autour d’une loi normale

Les sous-épreuves comportent chacune des particularités, par exemple sollicitant davantage la visuoconstruction, la graphomotricité, la mémoire de travail auditivo-verbale, la mémoire visuelle….

Les résultats sont ensuite traduits en notes composites, indicatrices des cinq grands domaines cités par les indices suivants : Indice de Compréhension Verbale (ICV), Indice Visuospatial (IVS), Indice de raisonnement Fluide (IRF), Indice de Mémoire de Travail (IMT) et Indice de Vitesse de Traitement (IVT), ainsi que le QI Total (QIT). 

test QI enfant psychologue herault pézénas béziers
Répartition des différentes notes composites (indice de compréhension verbale, indice de mémoire de travail….).

Des indices complémentaires sont également dégagés, (indice de raisonnement quantitatif, Indice non-verbal….) pour affiner de façon précieuse l’analyse.

Couplé avec l’analyse croisée entre les différentes épreuves, l’intérêt est notamment de pouvoir repérer de première zones de fragilité/difficulté/trouble, d’évaluer le degré d’intensité des difficultés, d’observer la significativité des écarts (rareté statistique), orienter vers les évaluations complémentaires à produire : par exemple un bilan orthophonique, psychomoteur, orthoptique, ORL…

Les repères normés fournis par ces échelles permettent également de justifier des besoins de l’enfant auprès d’organismes notamment la MDPH, par exemple lorsqu’on sollicite des aides et des aménagements pour lui (demande d’une AVS à l’école, demande de financement d’une prise en charge psychomotrice….) ou que l’on souhaite aménager la scolarité de l’enfant par un PPS ou un PAP. 

 

En quoi le WISC-V peut aider mon enfant ? est-ce que ça peut aider l’enseignant ? est-ce que ça peut m’aider dans les difficultés que je rencontre avec lui pendant les devoirs ?

 

Dans la situation standardisée et exigeante du WISC-V, l’enfant va montrer foule de renseignements clinique dans son attitude, renseignant par exemple sur des éléments comme ses capacités d’attention (bien que le WISC-V n’a pas vocation à investiguer spécifiquement la sphère attentionnelle), sa motivation (enfant compétitif ou non…), son manque de confiance en lui, ses manifestations d’agitation, sa résistance sur des tâches monotones, son anxiété face à certaines situations (besoin de vérifier, stress face au chronomètre….), les infiltrations émotionnelles (dévalorisation, sentiment d’échec, découragement…), sa capacité à s’adapter à l’évolution d’un tâche, son éventuelle impulsivité…

 Il va aussi montrer ses capacités à déployer des stratégies, par exemple en mobilisant des canaux d’apprentissages complémentaires (la voix, les doigts, des moyens mnémotechniques spontanés etc…) pour mieux retenir, pour extraire les informations, pour récupérer plus facilement l’information… Non seulement cela est passionnant sur le plan clinique, mais surtout cela renseigne des leviers possibles avec l’enfant, de ce que l’on peut faire ou utiliser avec lui en classe ou pendant les devoirs (utilisation de bouchons d’oreille, aménagement du mouvement, décomposition des consignes, utilisation d’un time-timer…), de ce qu’on peut même bricoler pour l’aider, des différents étayages qui marchent bien avec lui (par exemple des supports visuels, des rappels libres etc).

Je joins toujours en annexe au bilan des conseils et recommandations pour la classe et pour les devoirs

Qu’en est-il de toute la partie affective et émotionnelle ?

Je complète souvent le bilan psychométrique par des évaluations autour de la dimension psychoaffective en fonction des difficultés présentées et de la demande. Cela peut passer par des échelles d’évaluation, des tests de personnalité type tests projectifs (test de Rorschach, TAT, CAT…).

bilan psychologique pezenas
Le test projectif Children Apperception Test (CAT)

Cela permettra d’apporter aussi un regard sur des problèmes autour par exemple de la régulation émotionnelle, présence d’agitation, cauchemars, plaintes somatiques, pleurs fréquents, colères, rivalités, recherche d’exclusivité, difficultés d’adaptation, comportements désorganisés, perte d’appétit, idées noires… Je recueille ainsi des éléments quantitatifs et qualitatifs autour de l’anxiété, de l’humeur, l’estime de soi, l’organisation des défenses psychiques, la manière d’être en relation à soi et à l’autre, certaines fixations dans le développement psychoaffectif…

Cela peut donner lieu à certaines préconisations et propositions (psychothérapie individuelle, consultations en famille, conseils de guidance éducative, orientation vers d’autres professionnels…) tant pour aider l’enfant qu’apporter des éléments de compréhension aux parents, des outils pour les aider au quotidien. La restitution est un moment d’échange particulièrement constructif. 

L’ensemble fournit donc une « photographie » très riche du fonctionnement cognitif et psychoaffectif de votre enfant, permettant de mieux le comprendre, de pouvoir poser des mots sur des difficultés, d’avoir un regard nouveau sur lui pour pouvoir s’adapter et continuer de l’accompagner dans son développement.

Combien coûte un bilan psychométrique ? 

Si les prix sont variables en fonction des professionnels et des régions, ils évoluent généralement entre 200 et 400 euros pour le bilan psychométrique seul. La tarification des bilans se base sur le coût d’achat très élevé de ces tests, le nombre de tests utilisé dans le protocole d’exploration. Elle s’appuie aussi sur le nombre d’heures de travail requises pour un bilan, comprenant l’entretien clinique préalable et la passation (min 2-3 heures), le travail d’analyse et la rédaction du compte-rendu écrit, la restitution à la famille avec échange, conseils et remise en main du compte-rendu écrit tamponné daté signé… soit un total de 6 et 8h de travail en moyenne.

Cliquez sur ce lien si vous souhaitez me contacter pour réaliser un bilan psychométrique à Pézenas 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *